MOOV-OSER VISER LOIN

Violences basées sur le genre : Le Togo valide un protocole de prise en charge des victimes

424
Affiche début Article 650x400pixel

Le ministère de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation au Togo a récemment validé un protocole de prise en charge des victimes de violences basées sur le genre (VBG). Cette initiative vise à lutter contre la persistance des VBG malgré les progrès notables réalisés en matière d’égalité des sexes dans le monde. Le protocole a été approuvé lors d’un atelier ce 21 septembre 2023 à Lomé, en présence des acteurs engagés dans la promotion des droits des femmes au Togo.

 

MOOV- MOOVEMENT 350*350

Selon une enquête démographique et de santé menée en 2013-2014, 32 % des femmes togolaises ont été victimes de violences physiques ou sexuelles à partir de l’âge de 15 ans. Les données de 2022 montrent que 2 818 personnes, dont 2 408 femmes, ont été victimes de VBG au Togo. Une étude réalisée en avril 2022 indique également que les filles sont plus susceptibles de subir des violences sexuelles en milieu scolaire, avec un taux de 8,5 %, comparé à 2,1 % chez les garçons.

Affiche Milieu article 728x90pixel

Le gouvernement togolais a entrepris plusieurs initiatives pour lutter contre les VBG, notamment en renforçant le cadre juridique avec l’adoption de lois telles que le code des personnes et de la famille, le code de l’enfant, le nouveau code pénal, et la loi sur la protection des apprenants contre les violences à caractère sexuel. Des lignes d’assistance téléphonique ont également été mises en place, ainsi que des centres d’écoute et de prise en charge des victimes de VBG, des maisons de la femme, des maisons de justice, des centres intégrés “One Stop Center”, et des centres de prise en charge des enfants victimes de violences.

 

Le protocole de prise en charge des victimes de VBG définit trois types de prestations essentielles : la prise en charge médicale et psychiatrique, la prise en charge psychosociale, et la prise en charge judiciaire. Ces services sont fournis par différents acteurs, dont les ministères de l’action sociale, de la santé, de la justice et de la sécurité, en collaboration avec la société civile et les partenaires techniques et financiers.

 

L’objectif de la validation de ce protocole est d’assurer la cohérence, la traçabilité, la continuité et la synergie d’action nécessaires pour la prise en charge des victimes. Il permettra également aux victimes de bénéficier de services intégrés et complémentaires de qualité.

 

La ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Adjovi Lolonyo Apédoh-Anakoma, a exprimé sa satisfaction pour le déroulement du processus de validation et a remercié les partenaires, notamment la Banque Mondiale, pour leur engagement dans la lutte contre les VBG au Togo. Cette initiative témoigne de l’engagement du gouvernement togolais à promouvoir les droits des femmes et à lutter contre les violences basées sur le genre dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.