MOOV-OSER VISER LOIN

Togo/Transhumance : Les éleveurs de boeufs avertis sur d’éventuels dégâts que leurs animaux causeraient

173
Affiche début Article 650x400pixel

Ces derniers temps, des incidents et des conflits sont de plus en plus violents entre bouviers et exploitants agricoles engendrant des pertes en vies humaines.

MOOV- MOOVEMENT 350*350

Pour ce faire, le ministre de l’Agriculture, de la protection animale et halieutique, Koutéra Bakata, a, dans un communiqué rendu public le 7 janvier 2020 à Lomé, dont la copie est parvenue à Matin Libre, donné des instructions fermes aux principaux responsables des organisations d’éleveurs et aux autres acteurs (Rougas, bouviers, propriétaires d’animaux) de faire arrêter la divagation des animaux sous toutes ses formes.

“Ainsi, à partir de ce jour, pour tout incident causé par un troupeau de boeufs, le bouvier et le propriétaire du troupeau seront arrêtés et traduits devant les juridictions compétentes pour répondre de leurs actes conformément à l’arrêté interministériel N°001/MAEP/MAEIR/MATDCL/MEF/MCDAT/MSPC portant organisation du mouvement de la transhumance au Togo. Le troupeau incriminé sera purement et simplement saisi et vendu aux enchères”, stipule le communiqué.

La Campagne nationale de transhumance marque le début de la saison pastorale, lancée le 31 janvier 2020 et placée sous le signe d’une gestion apaisée à travers la coexistence pacifique entre les différentes communautés comme le stipule le Plan Opérationnel de Gestion de la Transhumance 2020.

De ce fait, il est rappelé à tout bouvier et propriétaire d’animaux de prendre toutes les dispositions idoines et diligentes pour gérer leurs cheptels en créant les conditions d’une restriction intégrale de mouvements dans les exploitations agricoles, en suivant strictement les couloirs de transhumance dûment validés par tous.

Affiche Milieu article 728x90pixel

De même, il est demandé à tous les éleveurs de gros bétails de faire identifier leurs animaux auprès des services techniques mobilisés à cet effet pour une meilleure gestion et un meilleur suivi de leur traçabilité.

“Dans le souci, de régler définitivement les heurts entre éleveurs et producteurs agricoles, les collectivités locales doivent à leur tour, identifier des zones qui seront aménagées uniquement pour le pâturage, suivant la note de service Numéro 2276/MAPAH du 7 novembre 2019 relative à l’identification des zones de ranching au Togo adressée aux présidents des comités préfectoraux de transhumance”, précise le communiqué.

Notons que dans les prochains jours, des rencontres de sensibilisation seront organisées dans toutes les préfectures avec toutes les parties prenantes pour une meilleure appropriation de ces dispositions.

Bernadette A.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.