MOOV-OSER VISER LOIN

Togo : La mortalité due au paludisme a baissé de 8% entre 2015 et 2018

3 190
Affiche début Article 650x400pixel

Au Togo, l’indice du paludisme a regressé de plus de 25% entre 2015 et 2018 et la mortalité a baissé de 8% sur la même période. La mortalité spécifique due au paludisme quant à elle, est passée de 0,3‰ en 2011 à 0,12‰ en 2018, alors que la létalité connaît une courbe descendante chez les adultes et chez les enfants (3,5% chez les moins de 5 ans contre 6,5% il y a 7 ans).

MOOV- MOOVEMENT 350*350

Pour Mathieu Awi, chargé de la lutte anti-larvaire au Programme national de lutte contre le paludisme, « Ces chiffres sont le résultat de la stratégie mise en place par notre pays ».

« La première concerne le volet prévention qui a consisté à lutter contre le vecteur et dans ce volet préventif, nous avons mis un accent particulier sur l’usage des moustiquaires imprégnées, des insecticides. La prise en charge rapide des malades est également importante », souligne-t-il.

Rappelons que selon le dernier Rapport sur le paludisme dans le monde, publié en décembre 2019, il y a eu 228 millions de cas de paludisme en 2018, contre 231 millions en 2017. On estime à 405 000 le nombre de décès dus à la maladie en 2018, un chiffre en baisse par rapport aux 416 000 décès enregistrés en 2017.Au Togo, l’indice du paludisme a regressé de plus de 25% entre 2015 et 2018 et la mortalité a baissé de 8% sur la même période. La mortalité spécifique due au paludisme quant à elle, est passée de 0,3‰ en 2011 à 0,12‰ en 2018, alors que la létalité connaît une courbe descendante chez les adultes et chez les enfants (3,5% chez les moins de 5 ans contre 6,5% il y a 7 ans).

Affiche Milieu article 728x90pixel

Pour Mathieu Awi, chargé de la lutte anti-larvaire au Programme national de lutte contre le paludisme, « Ces chiffres sont le résultat de la stratégie mise en place par notre pays ».

« La première concerne le volet prévention qui a consisté à lutter contre le vecteur et dans ce volet préventif, nous avons mis un accent particulier sur l’usage des moustiquaires imprégnées, des insecticides. La prise en charge rapide des malades est également importante », souligne-t-il.

Rappelons que selon le dernier Rapport sur le paludisme dans le monde, publié en décembre 2019, il y a eu 228 millions de cas de paludisme en 2018, contre 231 millions en 2017. On estime à 405 000 le nombre de décès dus à la maladie en 2018, un chiffre en baisse par rapport aux 416 000 décès enregistrés en 2017.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.