MOOV-OSER VISER LOIN

Togo: La Banque Mondiale plaide la réduction des coûts d’accès aux services

515
Affiche début Article 650x400pixel

Les coûts d’accès aux services tels que électricité et les communications électroniques au Togo sont jugés trop élevés par la Banque mondiale qui plaide pour leur réduction dans une approche de relance de l’économie après la crise sanitaire due au Coronavirus.

MOOV- MOOVEMENT 350*350

Face à la difficulté que connait l’économie Togolaise, à cause des sévices de la pandémie de la Covid-19, la Banque mondiale a fait des recommandations aux autorités Togolaises.

Ces recommandations qui vont dans le sens de la reprise de la croissance économique du pays , sont contenues dans un rapport publié en début de semaine.

En effet, parmi la pléiade de recommandations faites au gouvernement par l’institution mondiale, se trouvent l’amélioration de la qualité et la réduction des coûts d’accès à l’électricité et aux services de télécommunication (internet, téléphonie mobile).

Cherté des services

Nous maintenons au prime abord, le curseur sur la cherté des coûts des appels téléphoniques, eu égard à la pertinence du sujet et qui suscite des remous, au sein de la population en général et chez les consommateurs en particulier.

On assiste d’ailleurs depuis quelques temps, à des appels au boycott des services des deux seules sociétés de téléphonie mobile Togocom et Moov.

Affiche Milieu article 728x90pixel

Des organisations de la société civile comme le Mouvement Martin Luther King (MMLK), fustigent régulièrement ces sociétés pour la cherté de leurs services, à travers des communiqués et des manifestations.

Difficile accès à internet

Le Togo demeure l’un des pays de la sous-région où l’internet coûte chère et surtout difficile d’accès .

Les résultats de l’enquête par Grappes à Indications Multiples (MICS6-2017), publiés par l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques et Démographiques (INSEED), ont montré que seulement 26% des Togolais ont accès à internet en 2017.

Une situation très défavorable pour le climat des affaires, de l’avis des observateurs avisés, surtout à l’heure l’économie numérique gagne du terrain.

Si les recommandations de la Banque mondiale sont véritablement mises en pratique, le Togo pourra sortir de cette zone d’ombre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.