MOOV-OSER VISER LOIN

Signature accord-cadre : Le Togo et le Bénin intensifient leur relation de coopération

408
Affiche début Article 650x400pixel

Le Togo et le Bénin ont signé ce lundi 23 décembre 2019 à Grand-Popo (au Bénin), un accord-cadre de coopération trans-frontalière et un mémorandum de coopération sécuritaire.

MOOV- MOOVEMENT 350*350

Les documents signés par les ministres Robert Dussey et Aurélien Agbenonci, se justifient par la co-appartenance du Togo et du Bénin à un même espace sous-régional et leur commune dépendance, parfois commune vulnérabilité et défis communs, impose l’action dans la relation.

“L’accord-cadre de coopération trans-frontalière et le mémorandum d’entente que nous avons signés aujourd’hui viennent doter les relations entre nos deux Etats de nouveaux cadres normatifs dans un temps historique où il nous faut coopérer plus pour le développement, coopérer plus pour l’intégration régionale et africaine, coopérer plus pour la sécurité et la stabilité de chacun de nos pays et de la sous-région”, a indiqué Robert Dussey.

Pour lui, il est impossible de traiter la problématique de la sécurité intérieure des pays sans tenir compte de la situation sécuritaire de la sous-région.

“La sécurité nationale requiert des efforts endogènes, mais exige aussi des gouvernements de la sous-région la coopération et la coalition des moyens”, a-t-il fait remarquer.

Après la signature de ces deux documents, les ministres Robert Dussey et Aurélien Agbenonci et leurs délégations se sont rendus à Agoué, Ayiguinnou au Bénin et Djetta au Togo pour la remise des équipements aux populations résidentes afin de développer des activités génératrices de revenus.

Affiche Milieu article 728x90pixel

“L’option pour le renforcement et l’accélération des élans de coopération transfrontalière est la bonne parce que lucide et en phase avec l’esprit du temps”, a ajouté le Chef de la diplomatie togolaise.

Il a par ailleurs précisé que la mise en réseau des stratégies nationales de sécurité est aujourd’hui la solution.

” La lutte contre la criminalité, la piraterie maritime, la cyber-insécurité, le terrorisme et l’action qu’elles impliquent de part et d’autre de nos frontières, doivent se déployer dans le cadre d’une vision partagée des responsabilités qui engagent chaque partie à travailler dans un esprit de co-dépendance et de co-responsabilité”, a-t-il conclu.

Bernadette A.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.