MOOV-OSER VISER LOIN

Francophonie: Le DDJ et la culture béninoise sur Carte Blanche de l’Institut français de Lomé

569
Affiche début Article 650x400pixel

L’Ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy, a procédé le soir du samedi 14 décembre 2019 à l’Institut français de Lomé, au lancement d’un vernissage de dessins de presse. Les œuvres exposées sont celles du journal satirique béninois, le Déchaîné Du Jeudi (DDJ) dont le déplacement de Lomé s’inscrit dans le cadre de la célébration de la culture béninoise sur Carte Blanche, une initiative prise par les ambassadeurs du groupe francophone au Togo pour promouvoir les cultures des pays francophones.

MOOV- MOOVEMENT 350*350

En présence de Eric Adja, Directeur du bureau régional Afrique de l’Ouest de l’Organisation internationale de la francophonie, des responsables de la société d’édition du DDJ, du conseiller éditorial et de l’équipe du journal, puis d’une foule de visiteurs dont une majorité de Béninois vivant au Togo, l’ambassadeur Vizy a salué le courage, le professionnalisme et la détermination de l’équipe du journal pour être en train d’évoluer dans un domaine qu’il sait assez difficile et peu soutenu.

 

Sidikou Karimou , CEO du groupe de presse Matin Libre et éditeur du DDJ s’est honoré de l’honneur fait à son pays, le Bénin et sollicité davantage l’appui de l’ambassadeur auprès de sa collègue près le Bénin afin qu’ensemble, a-t-il plaidé, « nous écrivons de meilleures pages du dessin de presse en Afrique et dans le monde » à travers d’autres importants projets que son groupe entend soumettre bientôt à la coopération française dans les deux pays.

Affiche Milieu article 728x90pixel

Au cours de la visite des planches où il a été guidé par Hector Sonon, dessinateur en chef du DDJ et par Colince Yann, le rédacteur en chef du journal, l’ambassadeur a été plusieurs fois préoccupé par la tranquillité de l’équipe à la publication de certains dessins qu’il a dû trouver bien osés. Préoccupations auxquelles, ses guides ont souvent répondu par un sourire ou par l’assurance d’avoir pris chaque interpelation d’homme politique ou d’homme de pouvoir, « pour un instant d’humour ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.