MOOV-OSER VISER LOIN

Droits de l’enfant : Les avancées du Togo présentées à la 94ème session du comité de droits de l’enfant

238
Affiche début Article 650x400pixel

Le Togo a présenté ses 5ᵉ et 6ᵉ rapports périodiques sur la mise en œuvre de la Convention relative aux droits de l’enfant et du protocole facultatif sur l’implication des enfants dans les conflits armés lors de la 94ᵉ session du Comité de Droits de l’Enfant. La délégation togolaise, conduite par la ministre de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, Adjovi Lolonyo Apédoh-Anakoma a souligné l’engagement du pays envers les droits de l’enfant et a présenté ses efforts pour les protéger et les promouvoir.

MOOV- MOOVEMENT 350*350

Le rapport a été élaboré de manière inclusive, impliquant des structures gouvernementales et des acteurs de la société civile. Le Togo a remercié les agences des Nations Unies et les organisations nationales et internationales de la société civile pour leur contribution précieuse à la rédaction des rapports.

Le Togo a également souligné l’implication constante de la société civile dans les questions liées à la protection de l’enfant, tant au niveau de la consultation que de la mise en œuvre de projets visant à améliorer le bien-être des enfants.

Affiche Milieu article 728x90pixel

Le pays a mis en place des mesures pour améliorer l’enregistrement des naissances, la santé infantile, l’accès à l’éducation, la lutte contre les violences faites aux enfants et la prévention de leur implication dans les conflits armés.

Le Togo a également renforcé son cadre juridique pour protéger les droits de l’enfant en milieu scolaire et lutter contre les violences basées sur le genre.

Enfin, le Togo a pris des mesures pour empêcher l’implication des enfants dans les conflits armés, avec un âge minimum d’enrôlement de 18 ans dans les forces de défense et de sécurité.

La délégation togolaise a souligné l’engagement du pays à progresser dans la protection des droits de l’enfant malgré les défis mondiaux liés à la pandémie de COVID-19, au terrorisme en Afrique et aux enjeux climatiques et numériques. Le Togo reste ouvert à la coopération internationale pour promouvoir et protéger les droits de l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.