MOOV-OSER VISER LOIN

Conférence internationale du Fonds mondial International : Faure Gnassingbé et ses pairs échangent sur le développement de la sous-région

357
Affiche début Article 650x400pixel

Le Président de la République, Faure Gnassingbé participe depuis le lundi 1er Décembre 2019 à Dakar au Sénégal, à la Conférence internationale du Fonds mondial International et au Sommet extraordinaire de l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

MOOV- MOOVEMENT 350*350

Grand rendez-vous des Chefs d’Etat, la Conférence est axée sur le thème : << Développement durable et dette soutenable, trouver le juste équitable >>.

Elle a permis aux participants d’examiner et d’explorer les politiques économiques qui permettaient aux pays d’Afrique subsaharienne de répondre à leurs besoins de développement sans compromettre la soutenabilité de leur dette.

A la séance inaugurale, le Président sénégalais Macky Sall a situé les enjeux de la conférence et remercié ses homologues pour leur présence à cette importante réunion et leur engagement pour le développement du continent.

<< Je me prononce dans le sens des facteurs économiques pour dire que l’Afrique n’est pas une exception en matière de dette >>, a déclaré Macky Sall, président du Sénégal.

Selon lui, il faut d’abord déconstruire les préjugés avec les partenaires afin de trouver des stratégies les plus viables.

<< La dette est une nécessité pour les pays africains >>, a soutenu Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire.

Des réflexions ont été menées au cours d’un panel de haut niveau sur les obstacles au financement
du développement durable en lien avec la soutenabilité de la dette, dans les pays africains.

Affiche Milieu article 728x90pixel

Pour rebondir à tout ce que ces prédécesseurs viennent de dire, le N°1 Togolais pense que le Changement climatique est l’un des facteurs qui entravent le développement des Etats africains.

<< On ne peut pas nous demander à chaque fois de faire des efforts, mais quand on fait face aux chocs climatiques, on fait des conférences, et c’est fini >>, a-t-il déploré, tout en demandant que cette question soit prise en compte par les multinationales, les institutions et partenaires au développement, afin de réduire les effets néfastes qu’ils engendrent.

Le Chef de l’Etat a partagé l’expérience du Togo en matière de financement du développement basé sur le partenariat public-privé, d’assainissement des finances publiques et du cadre macro-économique, et d’amélioration du climat des affaires.

Cette rencontre de haut niveau a également vu la présence des Chefs d’Etat du Bénin, du Burkina-
Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Sénégal, et mobilisé des représentants des organisations internationales, notamment la Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Mme
Kristalina Georgieva, la vice-secrétaire générale des Nations unies, Mme Amina Mohammed, des représentants du secteur privé, du monde universitaire et de la société civile.

La Conférence internationale du FMI est ce mardi 3 décembre du sommet extraordinaire de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) qui a rassemblé les pays membres de l’organisation pour évoquer les préoccupations sécuritaires régionales.

En ce qui concerne ce sommet, il a été question pour les Chefs d’Etat des pays membres de discuter des défis de l’heure tels que les préoccupations sécuritaires dans le sous-région.

Bernadette AYIBE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.